Les jeux à la pointe de la high-tech

A peine débarquées sur le marché grand public, les nouvelles technologies sont exploitées par les fabricants de jeux et jouets qui les adaptent à l’univers des enfants. Zoom sur ce phénomène, pas si récent que ça.
Depuis quelques années, les familles s’ébahissent devant l’adresse des enfants avec les tablettes tactiles. Cet étonnement n’est pas prêt de retomber, car les jeunes générations devraient bientôt être aussi à l’aise que les adultes – si ce n’est plus – avec des objets tels que les montres connectées ou les imprimantes 3D

La tendance séduit un large public et les distributeurs l’ont bien compris à l’instar du site La Grande Récré qui  propose une rubrique entièrement dédiée à la high-tech. Le cabinet NPD fait de son côté état d’un bond de + 20 % pour les ventes de jouets interactifs en France en 2014. Plusieurs références figurent parmi les best-sellers de Noël dernier, à l’instar du Dino Zoomer de Spin Master, un jeu à mi-chemin entre le robot et le compagnon interactif.

 

Le monde des grands, version mini

MichelMoggio

Michel Moggio, crédit photo: FJP

Reste que les fabricants vont au-delà de l’esprit ludique en adaptant les tous derniers objets du quotidien à l’univers des enfants. « C’est même l’une des vocations du secteur du jouet, explique Michel Moggio, directeur général de la Fédération française des industries du jouet. Par exemple, il y a 40 ans, Fisher Price avait créé la mini-cassette. »

Les drones font ainsi partie des phénomènes actuels. Les fabricants Hasbro ou encore Mondo Italie se sont notamment emparés de ce créneau qui concurrence directement les voitures télécommandées. Si l’aspect extérieur peut laisser croire à un véritable modèle pour amateur, ces versions destinées aux enfants se différencient principalement par une portée moindre.

Autre nouveauté récente : les montres intelligentes. Le modèle Kidizoom de VTech, par exemple, inclut les fonctions photos, vidéos (avec outils de retouche) ou encore dictaphone. Ici, les fichiers se transfèrent sur ordinateur par câble USB, mais d’autres fabricants (Jumpy et Linkoo) font le pari de la version connectée en Wifi. Plus qu’un gadget, le jouet se fait aussi outil perfectionné.

Mais croiser le divertissement avec les nouvelles technologies n’est pas une entreprise facile. Les expériences d’adaptation d’imprimante 3D au monde des enfants demeurent encore modestes. Après une start-up américaine (Printeer), ce sont les Japonais de Bonsai Lab qui cherchent à démocratiser l’objet mais sans cibler spécifiquement les enfants. Encore complexe, cette technologie se présente davantage pour un usage domestique – comprendre « en famille, encadré par des adultes » – et éducatif.

 

Les jeux traditionnels, version 2.0

 Mais tout vient à point à qui sait attendre. « Il existe un réel appétit pour ces nouvelles technologies de la part des enfants, poursuit Michel Moggio. Pour eux, c’est aussi naturel que de jouer à la poupée ou aux petites voitures. Et, en tant que professionnels du secteur, nous adhérons à un marché composé de jouets traditionnels et d’innovations. » De fait, même les jeux les plus classiques se modernisent. Exemple présenté lors du salon Kidexpo 2014 : l’appli « 10 doigts » du fabriquant Marbotic qui associe un jeu traditionnel en bois avec une tablette. Ce jeu permet aux enfants , à partir de 3 ans, d’apprendre à compter. L’idée : faire interagir les chiffres en bois avec l’écran en les posant dessus. Pas d’ondes dans ce système qui fonctionne à l’électricité statique et unit le sensoriel et le numérique.

les enfants et le digital

Application « 10 doigts »

 

Agathe Jaffredo © AdC – L’Agence de Contenu